Comment préparer sa navigation ? (Exemple Toussus Rouen)

Dans cet article, je vous explique étape par étape la préparation d’une navigation. Si vous n’avez pas connaissance du matériel nécessaire pour effectuer une navigation, je vous conseille d’aller regarder au préalable cet article

1/3. Identifier son itinéraire

Dans l’exemple de notre navigation Toussus Rouen effectuée le dimanche 13 aout 2017, la première chose à faire est de repérer les aérodromes sur les cartes aéronautiques. Le code OACI de Toussus-le-Noble est LFPN, celui de Rouen LFOP. Généralement, on essaiera de tracer une route la plus rectiligne possible entre les deux terrains pour des raisons pratiques. Vous pouvez tracer la route sur la carte 1/500 000 comme sur la 1/250 000. Cela dépend notamment de la distance entre les deux aérodromes.

Dans le cas Toussus Rouen, nous avons tracé la route sur la carte au 1/250 000. A Toussus, les trajectoires de départ standards vers le nord des pistes 25/07 nous font habituellement naviguer jusqu’aux étangs de Hollande avant de nous diriger vers l’aérodrome souhaité, comme illustré ci-dessous :

L’étape suivante est de déterminer les points tournants, c’est-à-dire les points stratégiques qui nous permettent de nous assurer que l’on est toujours sur la bonne trajectoire. Ce n’est pas nécessairement des points où l’on change de cap. Ces points sont généralement des repères visuels au sol, comme des villes, des lacs, des intersections d’autoroutes, des voies de chemin de fer… Mais parfois, il se peut qu’il n’y ait aucun repère au sol significatif, par exemple lors de longues traversées de forêts ou de campagnes. Dans ce cas, il est suggéré de prendre des repères par rapport à des balises aéronautiques comme les VOR, car il faut éviter au maximum d’avoir 2 points tournants consécutifs espacés de plus 15 min de vol.

Dans notre cas, nous avons déterminé 3 points tournants sur notre trajet :

  • Un point fictif déterminé à la fois par rapport à des lignes à haute tension et par rapport à une balise VOR (celle de Pontoise)
  • Deux villes où l’on passe à proximité (Vernon et Val de Reuil)

Ces points sont espacés les uns des autres par moins de 15 min de vol.

2/3. Remplir son log de navigation

Une fois l’ensemble de ces points déterminés, il faut les inscrire sur le log de navigation. On indiquera la route magnétique (équivalent au cap si il n’y a pas de vent) à suivre entre chaque point tournant, en la mesurant avec un rapporteur sur la carte aéronautique. Il faudra également mesurer la distance (en milles nautiques, NM) avec une règle adaptée à l’échelle entre chaque point tournant et l’indiquer sur le log de nav :

Enfin, la durée de vol en minutes entre chaque point tournant peut être déterminée avec le facteur de base de l’avion.

Le facteur de base (Fb) est proportionnel à la vitesse de croisière de l’avion (Vp, ou Vitesse Propre) en nœuds (kt).

Fb = 60 / Vp (kt)

Dans le cas de l’AT-3, sa vitesse propre en croisière est de 90 kt. Donc le facteur de base vaut 60 /90 soit environ 0,7.

Grâce au facteur de base, on peut calculer le temps de vol en minutes entre chaque point tournant selon la distance qui les sépare :

T (min ) = D (Nm) x Fb, ce qui nous donne :

En région parisienne, les espaces aériens sont très réglementés. Il faut donc s’assurer en permanence que nous sommes toujours autorisés à pénétrer les espaces aériens traversés. Les espaces aériens de classe A sont par exemple interdits aux vols VFR. Ils sont représentés par des zones en rouge sur les cartes aéronautiques. Ils sont souvent situés au-dessus d’autres espaces aériens autorisés au VFR. On veillera donc au respect des altitudes de vol.

Dans le cas du vol Toussus Rouen, la première branche jusqu’aux étangs est limité à 1500 pieds d’altitude, au-dessus de laquelle se situe une TMA (Terminal Manoeuvring Aera) parisienne de classe A. Au niveau des étangs, nous pouvons monter jusqu’à 2000 pieds et nous resterons à cette altitude jusqu’à l’arrivée pour avoir une bonne vision des repères au sol, même si nous pouvons légalement monter plus haut (jusqu’à 3500 pieds un peu plus au nord sur la route). Une fois les reports d’altitude écrits sur le log de nav, il ne nous reste plus qu’à prendre connaissance des éléments de radio et de radionavigation qui seront utilisés pendant le vol.

Il faut donc noter les éventuelles fréquences des services de la circulation aérienne. A Toussus, ils sont au nombre de trois : le contrôle sol sur 122.125 Mhz, le contrôle tour sur 120.750 Mhz et le Service d’Information de Vol (SIV) de Chevreuse sur 119.3 Mhz. On pensera également à noter la fréquence de l’ATIS sur 127.475 Mhz.

En sortie de la zone de Toussus, nous préparerons la prochaine fréquence à contacter, la TMA d’Evreux sur 118,125 Mhz, puis la CTR (Control Traffic Region) de Rouen sur 120,2 Mhz. Dans le cas où il n’y a pas de contrôle sur un aérodrome, il faudra indiquer sur le log de nav la fréquence d’auto-information de l’aérodrome.

Enfin, pour se repérer par rapport à notre premier point tournant, il peut être judicieux d’utiliser le VOR de Pontoise avec un radial correctement choisie. Dans notre cas, le point choisi au sud-ouest de Mantes au-dessus des lignes à haute tension intercepte le radial 235 de PON (fréquence : 111,6)

3/3. Briefing (le jour du vol)

  • Imprimer l’ensemble du dossier météo sous Aéroweb. Vérifier que le temps du jour permet de voler en conditions VMC.
  • Imprimer les NOTAM en catégorie « Route Etroite » , seulement pour le VFR avec plafond max à 3000 pieds, sur le site du SIA. Vérifier qu’il n’y ait pas de contre-indication sur les aérodromes de départ et d’arrivée ainsi que sur la route suivie.
  • Imprimer les cartes VAC des aérodromes de départ, d’arrivée, de déroutement et les éventuels aérodromes survolés. Je vous conseille pour cela d’acheter un porte vue format A5, trouvable sur Amazon ICI, dans lequel vous rangerez au fur et à mesure toutes vos cartes VAC format A5. Cette pochette sera plus pratique à sortir dans l’avion pendant le vol que des feuilles au format A4.

Il ne reste plus qu’à préparer son avion. On pensera à emporter tous les documents et outils nécessaires pour la navigation :

  • Les cartes 1/250 000 et 1/500 000
  • Les cartes VAC dans leur pochette
  • La planchette de bord avec le log de nav
  • Un crayon pour noter les ATIS

Bons vols !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

78 + = 88