Sélections PNC – Air France

Cet article relate mon expérience de la sélection PNC (Membre d’équipage de Cabine) chez Air France, un contrat d’un an proposé en alternance par la compagnie.

Dossier et inscription

Décembre 2018. Une offre de PNC en alternance est en ligne sur le site carrière d’Air France. Celle-ci ne reste pas longtemps, il faut être rapide. Je postule le 12 précisément. Une lettre de motivation et un CV sont évidemment attendus, ainsi qu’une photocopie du passeport, un certificat de 50m nage libre à effectuer en moins de 1’30 », et une attestation de pôle emploi.

Quelques semaines plus tard (le 18 janvier), un premier mail m’indique de la recevabilité de mon dossier. Trois jours plus tard, on m’invite à participer à une première journée de sélection dans les locaux d’Air France à Villepinte :

Monsieur BICTEL Olivier,

Nous avons le plaisir de donner suite à votre candidature à l’offre Personnel Navigant Commercial en Alternance 2019 H/F et vous invitons à participer à la session de recrutement du 06/02/2019 à 8:15 heures à Bâtiment ART’VAL, 9 rue des 3 soeurs 93420 VILLEPINTE,

Début des tests: 08h30

Dans la suite du mail, on précise qu’il faut ramener tout un tas de documents administratifs :

Si vous confirmez votre présence, vous devrez obligatoirement présenter les documents suivants :

– la présente convocation

 – une pièce d’identité (+photocopie) ou si vous êtes non ressortissant de l’Union européenne : un titre de séjour + visa ou une autorisation de travail en règle (+photocopie)

– deux  photos d’identité récentes

– CV indiquant impérativement votre disponibilité pour débuter une formation en cas de réussite et aux dates indiquées,

– Lettre de motivation,

– Équivalence du niveau d’anglais pour les détenteurs.

– un passeport ayant une validité minimum d’un an en cours après la fin des recrutements (+photocopie)

– diplôme du Baccalauréat ou relevé de notes de Terminale. Pour les diplômes étrangers une attestation de niveau équivalent (vous trouverez tous les renseignements relatifs à cette attestation sur le site du CIEP)

– l’original du permis de conduire + photocopie

pour les candidats non titulaires du CCA :

– Attestation de  demandeur d’emploi émanant de Pôle Emploi
– Certificat de 50 mètres – natation, effectué en moins d’1 minute 30 auprès d’un maître-nageur (précisant le temps réalisé)

Je précise qu’il faut ramener l’original du diplôme du Baccalauréat. J’avais ramené une photocopie lors de la première journée, ce n’était pas suffisant. On m’a ainsi demandé de rapporter l’original lors de la phase suivante pour valider mon dossier.

Cabine A319 Air France

Première journée : présélection

Le 6 février, je me rends à Villepinte. Nous sommes une petite vingtaine. On nous accueille en nous présentant le déroulé de la sélection, et l’organisation de la formation dans le cas d’une réussite. J’apprends alors que la possession d’un certificat de langue anglaise (TOEIC) nous dispense de l’épreuve d’anglais.

Début des tests. Nous sommes environ 50% (ceux qui ont le TOEIC) à attendre sagement dans le hall pendant que l’autre moitié s’affaire à l’épreuve d’anglais. Quelques personnes nous quitteront suite à ce test. Nous revenons tous dans la salle. Test psychotechnique. Il y a 36 questions à faire en 20 min. Ce ne sont uniquement des séries graphiques logiques à compléter. Vous pouvez vous entrainer à ce type d’exercice en feuilletant les bouquins d’entrainement aux tests psychotechniques (Livre de G. Frugier par exemple) ou en ligne sur mon-qi.com.

Les résultats tombent immédiatement à la fin du test. Quelques personnes nous quittent également. D’après les sondages effectués, il faudrait au moins avoir 50% sur ce test (information non officielle).

Suite à ces deux épreuves, les personnes en charge du recrutement créent notre dossier avec tous les éléments administratifs demandés lors du mail de convocation. Cela dure une trentaine de minutes environ, nous sommes ensuite libérés vers midi.
Le soir même, un mail d’Air France nous invite à participer à la deuxième étape du recrutement :

Deuxième journée : mise en situation

20 mars 2019. 8h30. Nous sommes convoqués pour l’entretien de groupe, étape également éliminatoire. L’exercice est appelée une « mise en situation ». Concrètement, nous sommes 4 autour d’une table. Une situation nous est présentée (exemple : un défilé de mode, une soirée de gala, etc). Dans mon cas, nous avons eu affaire à un tournoi de tennis dont les joueurs représentaient une association. Après ce tournoi, un cocktail était organisé. Je précise que nous n’étions que 3 dans notre groupe, car la 4ème personne ne s’est pas présentée.

Pendant 10 min d’abord, individuellement, chacun doit étudier ce sujet comportant 5 problématiques. Les 20 min suivantes sont consacrées à une mise en commun des solutions trouvées individuellement, et d’une décision collégiale pour ces 5 problématiques. Pendant ce temps, un recruteur nous observe. Objectivement, je trouve que nous avons bien travaillé en groupe. Les temps de parole de chacun étaient homogènes et nous avons bien respecté le timing des 20 min, avec une légère marge pour revenir sur la problématique la plus compliquée.

Ensuite, nous passons 3 min chacun devant le recruteur qui joue le rôle d’un client rencontrant une des 5 problématiques. Le candidat va devoir résoudre le problème en accord avec la solution trouvée avec le groupe en amont. La problématique à résoudre est tirée aléatoirement, et l’ordre de passage des candidats également.

Pour ma part, je suis tombé sur la problématique suivante : la climatisation dans le complexe sportif est tombée en panne, si bien qu’une chaleur étouffante envahit les gradins. Notre client nous demande alors d’aller chercher des glaçons au troisième sous-sol afin de rafrachir les boissons et de les offrir au bar aux spectateurs. Cependant, mon rôle est de surveiller la porte d’accès aux loges, et descendre au sous-sol demande 10 min. Que fait-on ? Ma prestation m’a semblé assez fluide, mais je ne sais pas si cela correspondait aux attentes d’Air France. A la fin, on nous demande (rapidement) à quelles dates nous serions disponibles dans l’éventualité d’une convocation à l’entretien individuel. Réfléchissez-y avant, c’est mieux !

Dès 9h30, l’exercice est terminé. On se retrouve avec les autres candidats en dehors des salles et un long moment d’échanges nous attend. La plupart sont assez mitigés sur leur performance mais nous sommes tous contents d’en avoir fini !

L’attente est relativement courte puisque les résultats tombent par mail le lundi 25 mars vers 10h. C’est positif ! On me convoque d’emblée à l’entretien individuel le lundi 27 mai. Cela peut paraitre long mais c’était mon choix de passer assez tard, compte tenu des sélections Cadets en parallèle.

Cabine Première Classe

Trosième journée : l’entretien individuel

Le temps de préparation est assez long. Cela me permet de consolider mon discours et de préparer de nombreuses questions qui seront éventuellement posées par le recruteur.

Le lundi 27 mai, je me présente vers 8h30 dans le hall d’attente du bâtiment Art’Val, lieu de sélection Air France à Villepinte. Quatre personnes sont également présentes pour l’entretien individuel PNC. Une cinquième avec qui je discute m’indique qu’elle passe une sélection interne pour devenir manager (elle est déjà chez Air France depuis de nombreuses années). C’est une dame adorable qui me donne plein de conseils pour mon entretien, notamment sur l’état d’esprit d’Air France, comment l’entreprise souhaite se démarquer dans le futur, etc. Avoir un point de vue interne de la société est une mine d’or. Je la remercie pour la discussion et lui souhaite bon courage pour son entretien.

Je suis le dernier à être appelé (une personne du recrutement vient me chercher vers 9h10). Je la suis à l’étage et nous nous installons dans son bureau. La personne est très chaleureuse, elle me pose des questions sur mon trajet, s’assure que je suis à l’aise. Elle n’est vraiment pas là pour me mettre des bâtons dans les roues.

L’entretien commence alors : elle me laisse la parole pour me présenter et c’est l’occasion pour moi de lui expliquer mon parcours, mon histoire, qui je suis et pourquoi je suis devant elle ce jour-là. Mon pitch dure environ 10min. Elle me coupe au moment ou j’aborde mon apprentissage chez Safran, puis quand je lui fais part de ma passion pour le transport aérien.

A la fin de la discussion, nous faisons un debrief de l’inventaire de personnalité que j’avais effectué sur Internet quelques semaines auparavant. Je suis très surpris, car tout ce qui ressort de mon test reflète parfaitement ma personnalité. De plus, cela me semble cohérent avec les qualités et les défauts dont je lui avais fait part lors de l’entretien.

Voici quelques questions posées lors de cet entretien :

  • Vous êtes passionné par l’aviation. Pourquoi ne pas être resté ingénieur aéronautique ? Qu’est ce qui ne vous plaisait pas dans le métier d’ingénieur ?
  • Pouvez-vous développer l’une de vos expériences professionnelles que vous voulez mettre en avant ?
  • Comment voyez-vous votre progression pendant la formation ?
  • Vous avez déjà eu des conflits avec des personnes ?
  • Comment vous faites pour vous intégrer dans un groupe ?
  • Vous avez déjà fait face à une personne difficile dans un travail de groupe ?

A la fin de l’entretien, je lui demande à quel moment nous serons affectés sur Moyen Courrier ou Long Courrier, et si nous aurons la possibilité de choisir notre base (en l’occurence, Orly ou Roissy). A la première, elle me répond que l’affectation sera connue à la signature du contrat chez Air France en fonction des besoins. De même pour la base, qui sera connu pendant notre formation.

Commission de recrutement

La commission a lieu mi-juin. La réponse par mail que je reçois un matin est négative. Je suis ajourné.

Il n’y a pas de détails sur la raison de l’ajournement, mais avec le recul pris sur cette sélection, et en discutant avec d’autres candidats, je pense qu’il y a eu deux facteurs déterminants :

  • Le métier de PNC était pour moi un plan B (en cas d’échec à la sélection pilote chez Air France), et je l’ai présenté comme tel.
  • Je n’ai pas d’expérience en clientèle

J’avais pourtant ressenti un bon feeling avec le recruteur, mais cela reste subjectif.

Dans tous les cas, je suis content d’avoir été jusqu’au bout de cette sélection : c’est une très bonne expérience pour la suite de mes projets.

Stay focus on your dreams !

Olivier



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

28 − 27 =