Sélections EOPN – Armée de l’Air

Dans cet article, je fais un debriefing complet de la sélection Elève Officier du Personnel Navigant (EOPN), comme je l’ai vécue pendant la semaine du 2 décembre 2018. La sélection EOPN est accessible avec un simple BAC, et permet, à l’issue, de devenir « Pilote » dans l’Armée de l’Air (que ce soit pilote de chasse, de transport ou d’hélicoptère) ou « Navigateur Officier Système d’Armes » (NOSA). En 2018, elle était réservée aux jeunes de 18 à 25 ans. Pour ma part, c’était donc la dernière année pour me présenter.

Il faut savoir qu’EOPN est une des seules sélections pilote avion actuellement gratuite en France. Dans l’armée, on trouve également le concours de l’Ecole de l’Air et la sélection EOPAN (pilote de chasse au sein de l’aéronavale). Dans le civil, il y a seulement le concours ENAC (Ecole Nationale de l’Aviation Civile) et les Cadets d’Air France actuellement.

Malheureusement, je suis myope (-3,75 OG et -2,25 OD) et légèrement astigmate (-0,75 OG) depuis mon enfance. C’est bien entendu incompatible avec un métier de pilote dans l’armée de l’air, car les militaires n’acceptent ni les lunettes, ni les lentilles, ni la chirurgie réfractive.

Pourquoi alors se présenter à cette sélection ? D’une part, j’ai toujours été attiré par le monde de l’armée de l’air. Je souhaitais découvrir cet environnement et rencontrer des passionnés de l’aéronautique militaire. D’autre part, je recherchais une expérience dans le recrutement pilote. Je pense qu’avoir une expérience supplémentaire avant de retenter les Cadets d’Air France pouvait être bénéfique, notamment pour progresser sur certains axes psychotechniques qui m’avaient pénalisé aux PSY1 d’Air France en 2018.

Inscription et dossier

Eté 2018. Je dépose mon dossier au Centre d’Information et de Recrutement des Forces Armées (CIRFA) spécifique Air de Versailles. Une multitude de documents est à joindre au dossier, dont une copie du passeport, un extrait complet de l’acte de naissance, le diplôme du bac, etc. Il faut également joindre un certificat d’aptitude en natation (100m suivi de 5m en apnée en moins de 2’40’’), à faire valider par un maitre-nageur dans votre piscine municipale.

Une fois le dossier remis au CIRFA et envoyé au Centre de Sélection Spécifique Air (CSSA) de Tours, les choses sérieuses commencent. Le conseiller CIRFA vous donne les prochaines dates de passage des sélections (pour moi, ça sera début décembre, après une annulation de la session d’octobre…).

Deux semaines avant le début des épreuves, j’ai reçu un mail du CSSA de Tours confirmant mon séjour sur la base militaire accompagné des billets de train.

Semaine de sélection

Je suis arrivé le dimanche au soir sur la base aérienne 705, avec une vingtaine d’autres personnes. Direction les dortoirs sans tarder. Je suis installé dans une chambre de 4, c’est l’occasion de faire connaissance. Très vite, on adopte la vie miliaire, entre son lit à faire tous les matins, les douches communes et les réveils à 5h45.

LUNDI

6h45, on est accompagné jusqu’au bâtiment du CSSA après avoir pris le petit déjeuner au mess. Le briefing de la semaine est effectué par la capitaine, avec la présentation des épreuves pour chaque journée. Les tests du lundi sont éliminatoires. En particulier, le test du palonnier est crucial pour garder l’aptitude « Pilote ». S’il est raté, le candidat ne peut plus prétendre qu’à l’option « NOSA ».

8h00. Début des épreuves.

** Test du Palonnier **

Par groupe de 8, on s’installe dans des petites cabines qui modélisent un cockpit. Le but est de garder la cabine droite en s’aidant d’un palonnier, et donc de ses pieds. L’épreuve teste la coordination motrice des jambes. Ce n’est pas très difficile pour les personnes qui ont déjà une expérience de pilotage (Planeur, ULM, PPL,…). L’épreuve dure environ 15 min.

On enchaîne sur un questionnaire personnel et notre expérience de manière générale. Quelques questions étranges sont posées : « Quand vous devez enfoncer une porte, utilisez-vous votre pied droit ou gauche ? ». On s’est regardé entre candidats en souriant.

S’en suivent alors les tests psychotechniques dans la salle informatisée du CSSA :

** Test de maths **

45 min pour traiter 30 questions sous formes de problèmes avec QCM. Une feuille de brouillon est autorisée mais la calculatrice est interdite. Le bachotage sur Cockpit Seeker et sur Pilotest (exercice de mathématiques) est votre meilleur atout, car les raisonnements (voire les questions) sont très similaires.

** Test des compteurs **

Ce test évalue notre capacité à lire rapidement des valeurs analogiques sur des instruments de bord (vitesse, compte-tours, jauge d’essence, température d’huile, voltmètre). L’épreuve est rapide. Il ne faut pas trainer. Il y a beaucoup de planches à faire, en 12 min je crois. L’entrainement sur le test des compteurs de Pilotest est excellent.

** Test d’orientation spatiale **

Il faut déterminer la position 3D d’une maquette avion compte tenu de son assiette affichée. 4 réponses sont à chaque fois proposées. Attention, car parfois l’avion vole sur le dos et c’est assez perturbant au début. L’exercice proposé sur Cockpitseeker est un très bon moyen de s’entrainer efficacement.

C’est désormais l’heure de la pause déjeuner.

Pour information, nous n’avons pas eu les tests de cartographie, des tables ni des tableaux

** Tests du TAMI C **

Le TAMI C est une batterie de 6 tests de logique. Parmi ces tests, on trouve, entre autres, un test de raisonnement sur des figures à compléter (type matrice de Raven), un test d’arithmétique (qui n’est autre que le test de mathématiques du matin, en version simplifiée), un test d’attention, un test verbal avec des intrus à trouver.

** Test de Culture Générale Aéronautique **

30 QCM sur des sujets assez variés : histoire de l’aéronautique civile et militaire, quelques dates clés, aérodynamique, mécanique du vol, noms d’avions, … Mon conseil suite à cette épreuve : compléter l’entrainement sur Cockpit Seeker avec les annales du BIA pour les parties techniques et histoire de l’aviation. Les candidats ayant déjà une expérience de vol ou passionnés par l’aéronautique ont été grandement avantagés. Plusieurs ont complètement raté cette épreuve car ils n’avaient aucune connaissance technique. Ne la négligez surtout pas. C’est un test qui montre votre implication et votre motivation.

Pour information, j’autorise le téléchargement de mon document de révision en bas de cette page.

Fin de la première journée. On vous annonce les résultats et un debrief est accordé à chaque candidat éliminé, ce qui est vraiment intéressant. Je crois que nous étions 8 encore en lice sur la vingtaine de candidats.

Retour dans les chambres.

MARDI

Journée éliminatoire.

** SECPIL **

Le matin, c’est le test du SECPIL (Système d’Evaluation des Candidats PILote). Le SECPIL est un simulateur 3 axes qui reproduit grossièrement le cockpit d’un avion de chasse. Nous sommes sanglés, masque respiratoire sur la tête, et nous devons gérer 3 tâches :

  • Un suivi de trajectoire instantané à l’aide d’un joystick (il faut suivre un point rouge clignotant qui décrit un 8 en continu à vitesse constante)
  • Une jauge horizontale à gérer avec des palonniers
  • Du calcul mental sous forme d’additions simples (chiffres de 1 à 9)

Le test commence seulement avec le suivi de trajectoire. Puis, on vous demande de vous familiariser avec la jauge horizontale, seule. Ensuite, il faut gérer simultanément le suivi de trajectoire et la jauge. Enfin, il faut gérer les trois tâches en même temps.

Étonnement, nous étions plusieurs à avoir pris beaucoup de plaisir à faire ce test en simulateur. Il faut essayer de l’appréhender comme un jeu.

Les résultats tombent en fin de matinée : deux candidats sont éliminés. Un troisième (qui a pourtant réussi) part de lui-même après s’être rendu compte que le métier de pilote ne lui correspondait finalement pas…

** Test d’anglais **

L’après-midi, on enchaîne sur un test d’anglais de 150 questions lui aussi éliminatoire, où le minimum requis est 50% de bonnes réponses. Les questions sont relativement faciles si vous avez correctement travailler la grammaire anglaise et que vous avez un minimum de vocabulaire. Sur ce test, personne n’est éliminé.

Enfin, on nous a demandé de remplir quelques questionnaires de personnalité afin de préparer les entretiens individuels. Plus de 200 questions au total je crois. C’était tiré par les cheveux à certains moments…

Retour dans la salle “d’attente”. C’est à ce moment que l’on nous décrit en détail la formation d’un EOPN, les trois filières standards (chasse, transport, hélicoptère) ainsi que la filière drone.

Cette dernière est en réalité sur “volontariat” du candidat. Autrement dit, s’il est refusé à la suite de la commission pilote, mais qu’il est volontaire pilote de drone, il sera alors appelé pour passer des tests de sélection spécifique drone (nous n’avons pour l’instant aucune information sur ces épreuves). A l’issue, une nouvelle commission décidera de son admission en filière drone ou pas.

Information importante : pour être éligible PAD (Pilote de drone), il faut garder l’aptitude « Pilote » lors de la sélection. C’est à dire qu’il faut réussir le palonnier le premier jour et réussir le SECPIL également. Un candidat seulement éligible « NOSA » ne pourrait donc pas prétendre à pilote de drone.

MERCREDI

A partir de là, les épreuves ne sont plus éliminatoires.

** Entretien de groupe **

Le mercredi matin, nous sommes quatre candidats autour d’une table. Trois psychologues nous observent résoudre une énigme. Pour résumer, notre cas était un monde imaginaire où il fallait désamorcer une bombe dans une ville assiégée par des rebelles. Nous avions à notre disposition : une carte du monde, des moyens humains (démineur, médecin, robot destructeur, …) et techniques (voitures, porte avion, missiles de croisière, navettes fluviales etc..). Nous avions 25 min pour résoudre le problème en commun en minimisant les pertes humaines. Et bien, je peux vous dire que c’était assez difficile ! Personnellement, je n’ai pas eu beaucoup d’idées à apporter au groupe, donc j’ai plutôt joué le rôle de « médiateur » en m’assurant que tout le monde se comprenne, et de valoriser les idées des autres. A la fin de l’épreuve, nous avons 5min pour rédiger ce que l’on a apporté de positif au groupe, et ce que l’on aurait pu améliorer.

** Tests de sport **

L’après-midi, ce sont les épreuves sportives. D’abord les tractions puis le Luc Léger, ce qui est beaucoup plus facile dans cet ordre… ! Pour le Luc léger, il est apprécié que vous motiviez vos camarades à côté de vous si vous êtes meilleur qu’eux, plutôt que de la jouer perso (vous courrez côte à côte dans des ‘couloirs’ au sein d’un gymnase). Pour vous donner un ordre d’idée, je suis arrivé à faire 13 tractions en pronation (sur 18 pour avoir la note maximale) ainsi qu’un palier 11 au Luc Léger. Plusieurs ont réussi à faire les 18 tractions et à obtenir la note maximale au Luc Léger.

JEUDI

Dernière matinée. Les entretiens individuels. Ils se déroulent en deux étapes :

  • Un entretien avec un des psychologues qui vous a observé pendant l’entretien de groupe.
  • Un entretien avec deux pilotes

Pour ma part, je suis d’abord passé avec le lieutenant-colonel psychologue. Grosso modo 50 min d’entretien et parfois des questions un peu déstabilisantes, basées sur vos réponses aux inventaires de personnalité. Au début, le psychologue vous laisse vous présenter puis revient sur votre performance lors de l’épreuve de groupe. Enfin, il aborde le test de personnalité. Pour ma part, j’ai eu le droit à ce genre de questions tout au long de l’entretien :

« Comment avez-vous géré votre logement lors de votre stage aux Etats-Unis ? »

« Avez-vous déjà eu un moment de stress pendant votre PPL et comment l’avez-vous géré ? »

« Est-ce que vous avez parfois le sentiment que les gens parlent de vous en mal ? »

« Etes-vous un boute-en-train quand vous êtes en groupe ? »

« Aimez-vous plaire aux gens ? »

« Etes-vous quelqu’un d’anxieux ? »

« Que pensez-vous de votre prestation en entretien de groupe hier ? »

Ensuite, les pilotes m’ont appelé pour le second entretien. Le premier pilote est commandant sur Falcon 2000 et le deuxième est lieutenant-colonel, ancien pilote de chasse, désormais directeur de l’Ecole de Pilotage de l’Armée de l’Air à Cognac. Les deux étaient très intimidants… L’entretien est plus court cette fois.

Quelques questions posées lors de cet entretien :

« Que pensent vos proches de la vie d’un pilote militaire ? Vous soutiennent-ils ? »

« Avez-vous une copine ? »

« Quel est le rythme de vie d’un pilote de transport ? »

« Est-ce que vous savez comment vous êtes amenés à évoluer dans la hiérarchie ? »

« Pourquoi ne pas vouloir faire ingénieur ? »

« Avez-vous beaucoup d’amis ? »

« Est-ce que vous sortez beaucoup, et est ce que vous buvez / fumez ? »

« Faites-vous du sport ? »

« Que pouvez-vous nous dire de la flotte Transport de l’Armée de l’Air ? »

« Où sont basés les A400M en France ? Que pouvez-vous dire nous dire de l’actualité de cet avion ? »

« Quel est votre avion de transport/chasse préféré et pourquoi ? »

Ici s’achève cette semaine de sélection sur la base aérienne. J’ai rencontré des gens super sympas avec lesquels j’ai beaucoup discuté durant toute la semaine. L’ambiance était au top. Le retour se fera en train le jeudi après-midi. Il n’y a plus qu’à attendre la prochaine commission EOPN désormais.

Commission du 11 janvier 2019

Coup de téléphone du CIRFA : je suis reçu en Liste Principale ! Quelle agréable surprise ! Ça fait du bien quand une nouvelle est positive ! Je reçois un mail me convoquant à une visite médicale d’admission le 25 janvier. C’est là où tout va se jouer. Suis-je apte pilote de drone ? Serais-je miraculeusement apte pilote de transport ? Ou suis-je totalement inapte ?

Visite médicale

Le 25 janvier 2019, j’ai rendez-vous à l’Hôpital d’Instruction des Armées (HIA) de Percy à Clamart pour une visite d’admission PN (Personnel Navigant).

Cette visite médicale se déroule en fait sur deux jours : le 25 après-midi et le 26 au matin. Nous allons être passés au crible par différents médecins et nous saurons immédiatement après si nous sommes déclarés apte ou pas. Pour ma part, je suis impatient de savoir si ma myopie serait éventuellement compatible avec pilote de drone ou même pilote de reconnaissance (car je n’ai aucun espoir pour pilote de chasse ou de transport).

Le 25 janvier après midi, nous faisons les tests suivants :

  • Scanner du dos et IRM de la cage thoracique
  • Electro-cardiogramme et prise de tension
  • Electroencéphalogramme

RAS jusqu’ici, à part une très légère scoliose des vertèbres, qui est à priori dans les tolérances (< 15°, cf section commentaire pour plus d’infos).

Le 26 janvier au matin, nous revenons pour effectuer :

  • Test ORL
  • Prise de sang
  • Test de capacité respiratoire
  • Test d’acuité visuelle et rendez-vous avec le médecin ophtalmo

Aie Aie Aie. Pour ce dernier test, les choses se gâtent quand le médecin ophtalmologiste me déclare Y4 sur les critères SIGYCOP. Le critère Y correspond aux yeux. Y4 signifie donc que je suis dans la plus mauvaise tranche d’acuité visuelle. En effet, pour être apte pilote de chasse ou transport, Y1 est nécessaire. De même pour pilote de reconnaissance !

En revanche, j’apprends du médecin que pilote de drone requiert tout de même Y3 ! Ce qui fait que je suis inapte pour drone. Y3 est également nécessaire pour être mécanicien navigant, ou même contrôleur aérien ! Bref, l’Armée de l’Air me ferme ses portes…

C’est dommage que cela se termine ainsi, mais je n’y peux rien. Je n’ai pas choisi mes yeux.

Tant pis, retournons dans le civil.


Edit du 9 mai 2020 : à la demande de certains lecteurs, je mets en ligne ci-dessous le document Word que j’ai construit pendant ma préparation de la sélection. Il centralise les informations suivantes : certains sigles de l’armée, la description des base et des opérations, la description des avions et de certains escadrons, une base de données sur la culture générale aéro et l’histoire de l’aéronautique militaire, quelques conseils sur l’épreuve de groupe et des questions à préparer pour l’entretien individuel.

Attention : il est à noter que ce document date de novembre 2018, toutes les informations ne seront donc probablement pas à jour. Néanmoins, si certains d’entre vous décèlent des erreurs ou des informations obsolètes, je suis preneur des remarques pour mettre à jour le document.

Bonne lecture, et surtout bon travail !

62 Comments

  1. Pierre

    Bonjour,
    Merci beaucoup pour ce superbe retour d’expèrience.
    Pour ma part j’ai 17 ans et je suis en terminal en lycée militaire, est-ce un plus ?
    Je compte plus tard aller en prepa militaire mais tenter les sélections pendant ma première année de prépa. Connais-tu les différents moments de l’année ou les sélections se font ?
    Si on réussit les 4 jours de sélection pour la filiere pilote, y a-t-il un risque d’échouer durant la formation ou est-ce rare ?
    Merci d’avance !

    1. Bonjour Pierre,
      Merci pour ton retour !
      Je pense que le lycée militaire/prépa militaire est naturellement un plus : cela montre déjà ta motivation et ton intérêt certain pour l’armée.
      De mémoire, le CIRFA m’avait parlé de plusieurs sélections pendant l’année. Fin 2018, il y en avait une en octobre et une en décembre je crois.
      Comme ailleurs, les échecs en formation peuvent arriver, mais ça reste très rare je pense. Le CIRFA pourra mieux te renseigner là dessus.
      Bon courage !
      Olivier

  2. Megane

    Coucou !!
    Alors premièrement ton site est vraiment génial ! Il permet vraiment d’anticiper les épreuves comme il faut. Merci

    J’avais une petite question. Pour l’épreuve sur l’orientation spatiale, tu dis que les avions sont parfois à l’ enver. Mais sur le cadran comportant l’horizon ou sur les images des réponses ? J’ai du mal à imaginer la chose. Merci d’avance

    1. Salut Mégane, merci beaucoup pour ton retour 🙂
      Pour l’épreuve d’orientation spatiale, on te montre une maquette d’avion de chasse en 3D, positionnée au hasard dans l’espace. C’est là que l’avion peut éventuellement être sur le dos.
      Ensuite, il y a les réponses qui sont sous forme de cadran comportant un horizon (l’indicateur d’assiette). il faut déterminer laquelle de ces assiettes correspond à la position de l’avion dans l’espace.
      Tout est bien expliqué en image sur Cockpit Seeker, je te conseille d’y aller faire un tour 🙂
      Bonne soirée,
      Olivier

  3. Philippe-Emmanuel

    Bonjour Olivier,

    Premièrement merci beaucoup pour cet article, qui a répondu à pas mal de mes questions.
    Ensuite je voulais te demander si tu avais des informations sur la mise à jour des sélections avec le protocole pour le Covid ? Lors de ma visite au Cirfa, mon conseiller m’a dit que les tests d’anglais seraient à l’oral en visioconférence… ça ne m’arrange pas trop, étant plus à l’aise à l’écrit qu’à l’oral.
    Merci d’avance
    Cordialement,

    Philippe-Emmanuel

    1. Salut ! Malheureusement, je n’ai aucune info sur une éventuelle mise à jour de la sélection. Ca ne m’étonnerait pas qu’il change un peu le protocole suite au Covid, mais je suis surpris pour l’anglais. C’est peut être indépendant du Covid, car le test se déroule normalement en solitaire devant un PC où tu réponds à un QCM, donc pas plus de risque sanitaire qu’une autre épreuve… Essaie de voir avec un autre cirfa éventuellement pour avoir une confirmation sur ce point.
      Et merci pour ton retour 😉
      Olivier

  4. Eloïse

    Bonjour Olivier
    Tout d’abord ton site est vraiment super bien expliqué et rassurant même si j’aurais aimé pour toi que tu y arrives 🙁 . J’espère que tu fais actuellement quelque chose qui te passionne 🙂
    Je suis actuellement dans ma dernière année de Master (Management Business International) et j’ai toujours voulue être pilote de chasse. Seulement je pensais que c’était pas fait pour moi (notamment à cause de mon asthme léger) mais le CIRFA m’a redonné espoir. Seulement j’ai fait un BAC L et donc plus du tout de maths après… Ce qui fait que j’ai 1 an pour apprendre la base des maths et m’entrainer pour le reste, niveau anglais, sport je n’ai pas de problème, niveau aéronautique non plus car je suis dans une entreprise d’aéronautique, la culture et les avions il n’y a qu’a apprendre (c’est mon point fort, apprendre par coeur)…
    En bref, ce qui m’effraie sans me démotiver ce sont forcément les maths : est-ce que 1 an c’est suffisant pour apprendre les maths ? Est-ce facile de passer le premier test, le palonnier ? beaucoup échouent-ils ? As-tu des conseils à me proposer ? Je sais que je peux le faire mais je pense avoir juste besoin d’être rassurer et d’avoir confiance en moi…

    Je vais passer ma licence de planeur pour pouvoir réussir le test du palonnier, et faire environ 1h de maths par jour plus de la culture G le weekend.. et pour l’asthme je fais du sport depuis petite et donc je n’ai plus de crise depuis 15 ans. (5 fois de sport par semaine + 2 fois de footing par semaine minimum 45Min), je vais aussi m’entraîner pour le Luc Léger et je me suis aussi inscrite pour être réserviste de l’armée de l’air…

    Désolée à tous pour ce pavé… et aussi de ne parler que de moi je sais que c’est un peu égoïste, en tout cas bon courage à tout ceux qui passent par là !!

    En te remerciant d’avance,
    Elo 🙂

    1. Salut Eloïse 🙂 Merci pour ton retour.
      Je trouve ça d’abord très courageux de ta part de vouloir tenter les EOPN malgré ton parcours littéraire. Tu as l’air d’être très motivée, et si tu veux mon avis, tu as autant de chance qu’un(e) autre de réussir. 1 an pour se perfectionner en maths, à raison d’une heure par jour, c’est largement suffisant. Surtout que l’épreuve des maths ne demande pas de grandes connaissances théoriques, mais plutôt de la rapidité/pragmatisme dans l’exécution des calculs. Je te conseille d’aller voir Cockpit Seeker et Pilotest pour t’en rendre compte par toi-même.
      Pour le test du palonnier, je n’ai pas trouvé ça particulièrement difficile. Si tu fais du planeur, je pense que tu n’auras aucun problème 🙂
      J’espère t’avoir rassuré et motivé ! Donne tout, tu n’auras aucun regret 🙂
      Olivier

  5. Dominique

    Bonjour Olivier,
    Merci beaucoup pour ton article, c’est une mine d’informations.
    J’ai 25 ans, 26 dans moins d’un mois et j’ai récemment appris l’existence des sélections EOPN. Je compte me préparer à passer les sélections en 2021 et souhaite mettre toutes les chances de mon côté. (la limite est récemment passée à “moins de 27ans”)

    Quelques questions pour toi :
    – Y a t’il un test psychotechnique ou bien seulement des problèmes de maths ?
    – Que conseilles-tu pour la gestion du temps de préparation quand t’on est étudiant ?
    -Au CIRFA, au sujet de la taille et du poids, le conseiller m’avait cité une limite minimale de 1.60m et 55kg.
    Je mesure 1.63m (ouf!), mais pour le poids je suis stabilisé à 52-53kg.
    Ma question est donc : pour garder l’aptitude “siège éjectable”, est-ce que cette limite basse de poids est ferme, ou bien une déviation peut-elle être tolérée moyennant une bonne condition physique générale ?

    1. Salut 🙂 Merci pour ton commentaire
      – Il y a une épreuve de maths sous forme de problèmes, et plusieurs tests psychotechniques comme détaillé dans l’article.
      – Etudiant, j’aurais probablement consacré la majorité de mon temps à la préparation de la sélec pendant les WE. Après, tout dépend de chacun. Difficile de donner un avis précis.
      – Il y avait un commentaire un peu plus bas concernant la taille minimale/maximale. La personne faisait également 1.63m. Du coup la limite basse c’est 1.60m, c’est une bonne nouvelle. Concernant le poids, honnêtement je n’en ai aucune idée. Je te conseille de te rapprocher du CEMPN ou d’aller voir un autre CIRFA pour avoir un avis complémentaire éventuellement.
      Bonne soirée,
      Olivier

    1. Salut !
      Je pense que tu as le droit d’exprimer une préférence pour le transport (c’est ce que j’ai fait personnellement)
      De mon point de vue, il faut simplement faire attention au choix des mots. Si tu indiques vouloir faire “seulement” du transport, ils peuvent venir te titiller, et c’est normal, car tu te présentes à une sélection qui regroupe 3 filières.
      En revanche, je pense que tu peux insister sur le fait que transport correspondrait davantage à tes objectifs/valeurs (si on te pose la question), et surtout expliquer pourquoi.

      En espérant t’avoir aidé 🙂
      Olivier

  6. Elo

    Bonjour,
    Merci beaucoup pour ce témoignage, j’étais très déçue que tu n’aies pas été retenu à la fin, j’y croyais vraiment !

    Je pense tenter les tests mais je suis relativement petite (1,63m) et j’ai du mal à trouver sur internet s’il y a une taille de jambe minimale à avoir. J’ai vu que souvent ce qui pose problème sont les très grandes jambes mais pas trop d’infos sur la taille mini. J’aimerais savoir avant de me lancer pour de bon. Si jamais tu as entendu parler de ça 🙂

    Aussi pour le test du palonnier, les pédales sont-elles vraiment rudes ?

    1. Salut ! Merci pour ton retour. Je comprends que la fin de l’histoire puisse paraitre un peu décevante ahah.
      Pour la taille, malheureusement, je n’ai pas plus d’infos que toi. J’ai aussi entendu que c’était plutôt les tailles max le souci. Après, si tu veux mon avis, je pense que 1,63m il n’y a aucun problème.
      Je n’ai pas de souvenir précis de la rigidité des pédales au palonnier, mais il fallait quand même gainer un minimum. Sans que ce soit une épreuve physique pour autant. 😉
      Bon courage

  7. Alexandre

    Salut ! Merci beaucoup pour ton article qui rend les choses si claires ! J’aimerais aussi tenter les EOPN-EOPAN mais comme toi, je suis légèrement myope (-0.25 ; – 0.5 que je ne corrige même pas). Qu’entends-tu par “légèrement”? Tu penses qu’étant donné que je ne porte pas de lunettes et que c’est relativement faible ça peut passer inaperçu à la visite médicale ?
    Merci à toi

    1. Salut Alexandre ! Merci pour ton retour 🙂
      Je viens de mettre à jour l’article en précisant ma myopie (-3,75 OG et -2,25 OD) et mon “léger” astigmatisme (-0,75 OG). Comme tu peux le voir, ma myopie, elle, est assez prononcée.
      Dans ton cas, ça reste relativement faible.
      La condition lors de la visite médicale est d’avoir, je crois, une acuité visuelle sans correction de 10/10 (à confirmer). Je te conseille donc de faire un test d’acuité pour en avoir le cœur net 🙂
      Olivier

  8. Polo

    Salut Olivier !

    Ce retour d’expérience est excellent !
    Je suis déçu que tu n’es pas pu réussir les séléctions à cause de cette visite médicale…

    En revanche, je trouve que ce que tu nous partage est super bien décrit et fait preuve d’une bienveillance et d’une envie que les gens réussissent malgré que tu n’es pas été retenu cause de la visite médicale !

    Franchement, merci ! Et le document que tu nous partage est juste… Fabuleux !

    Bonne continuation

    Cordialement Polo

  9. jules mathieu

    Salut,
    A combien estimes-tu le temps nécessaire pour être vraiment préparé ? 4-5 mois suffisent ?
    J’ai pas mal révisé pendant le confinement mais je me suis laissé aller depuis…
    Je passe mon PPL, j’ai environ 30h de vol et 3h solo.
    J’aimerais me présenté début 2021, ça devrais le faire nan ?
    Merci a toi et à toi article très éclairant !
    Jules

    1. Salut ! Personnellement, je me suis entrainé pendant 5 mois (je travaillais en parallèle). Cela m’a paru suffisant. Après, chacun est différent. Si tu as commencé dès le confinement, il y a de bonnes chances pour que tu sois prêt d’ici début 2021. Bon courage pour ton PPL, c’est un plus très apprécié lors des entretiens. 🙂
      Et merci pour ton retour.
      Olivier

  10. Samy Pons

    Salut,

    Merci pour ton retex avant tout. Par ailleurs j’ai remarqué une erreur dans ton doc de préparation , la date de création de l’AA est le “2 Juillet 1934” et non le “1 Avril 1933” , voilà , bonne journée 🙂

  11. Victor

    Salut Olivier!
    Merci énormément pour cet article qui m’a beaucoup aidé a mieux comprendre les séléctions. J’avais juste une question, est-ce que tu as eu une epreuve de cartographie (comme ils le disent sur cockpitseeker) ou pas?

    A plus!
    Victor

    1. Salut Victor ! Merci beaucoup pour ton retour ! Je n’ai pas eu d’épreuve de cartographie. Cet exercice avait déjà été retiré quelques mois avant ma présentation.
      En revanche, renseigne-toi bien pour savoir si ils ne l’ont pas remis entre temps (ce qui m’étonnerait).
      Bon courage !
      Olivier

      1. Adam

        Salut , j’ai une question à te poser . Les maths et la physique sont t’ils primordial pour réussir les sélections
        Je sort d’un bac S ai-je besoin de conduit un cursus scolaire

        1. Salut, une connaissance des principes de base en maths est suffisante. La physique peut être utile pour certaines questions de culture générale aéronautique, mais je n’irais pas jusqu’à dire que c’est primordial.

  12. Gabriel Merle

    Salut Olivier, merci pour cet article, il sera utile à beaucoup de personnes.
    Aurais-tu des conseils pour préparer l’épreuve de maths ? histoire d’avoir les bonnes techniques pour résoudre les problèmes rapidement.
    Merci d’avance
    Gabriel

  13. Eloi

    Salut Olivier!
    Merci beaucoup pour ton article, c’est exactement ce que je cherchais !
    Etant en Terminale j’envisageais un BTS Aéronautique l’année prochaine, afin d’avoir de solides bases au niveau des connaissances aéronautiques, avant de me présenter aux sélections EOPN.
    Mais bon avec Parcoursup ça s’annonce compliqué, c’est pourquoi j’envisage de me présenter cette année.
    Ma seule crainte est d’être jugé trop jeune, ou pas assez expérimenté.
    Peut-être est-il préférable d’avoir quelques années d’études avant de se présenter, je ne sais pas trop quoi faire…

    1. Salut Eloi !
      Un BTS aéro sera certainement très intéressant pour tes connaissances, bien que l’on puisse préparer sérieusement le test de culture G uniquement avec Internet et des bouquins. Si tu te présentes cette année, ça serait à quelle période ? Je pense qu’en règle générale, il ne faut pas se précipiter. Néanmoins, si tu te sens prêt, mature dans ta réflexion, et que tu as déjà suffisamment de connaissances, alors le feu est plutôt vert, et le jury ne pourra pas t’en vouloir simplement parce que tu es jeune. Maintenant, si tu estimes qu’il te faut plus de temps et d’expérience pour gagner en confiance ou parfaire tes connaissances par exemple (et c’est tout à ton honneur), alors je te conseillerais plutôt d’attendre.
      Tiens moi au courant de ta décision !
      Olivier

      1. Eloi

        En effet un BTS serait idéal, mais comme je suis uniquement intéressé par le métier de pilote, je serais un peu embêté d’avoir fais 2 ans d’études pour au final ne pas être sélectionné, d’où mon envie de tenter la sélection le plus tôt possible.
        Penses-tu que seules les connaissances du BIA peuvent suffire?
        Si je m’estime prêt d’ici là, je pense tenter les sélections vers début 2021.

        1. Hello,
          Je comprends ton point de vue. Début 2021 ça me semble suffisant pour avoir le temps de bien se préparer.
          Les connaissances du BIA contribuent pour une bonne partie au test de culture G aéro, donc c’est un bel avantage! Il te restera seulement la partie militaire/historique à bien potasser, + les connaissances sur l’armée de l’air.
          Bonne soirée !

  14. corentin

    Salut Olivier ! Tout d’abord je voulais te remercier pour ton excellent retour sur la sélection EOPN ! Etant en préparation pour les EOPN j’ai une question concernant le test des compteurs. Le test ressemble aux tests sur Pilotest ou c’est plus un style ” tableau de bord” est nous devons retrouver que des valeurs numériques directement sur les instruments de bord ?

    Encore merci !
    Corentin

    1. Salut Corentin, et merci pour ton message !
      Le test ressemble en effet à celui de Pilotest, avec des compteurs analogiques dont il faut lire les valeurs rapidement. Celui de Pilotest est donc un excellent entrainement.
      Bon courage dans ta préparation !
      Olivier

    1. Hello Samy,
      Tous les tests de la sélection sont présentés dans cet article. Ceux qui rentrent dans la catégorie psychotechnique sont les maths, les cadrans, le test d’orientation et la batterie TAMI C.
      Bonne soirée,
      Olivier

  15. Maxime R

    Bonjour Olivier,
    C’est un superbe article que tu nous a fait la, et qui est super utile.
    J’ai pas mal de questions.
    Lorsque le jour 3 on te demande si tu es intéressé pour pilote de drone, ce choix a t il une incidence sur le choix à la commission? Je m’explique. Quelqu’un que je connait connait lui une personne qui a passé les tests et qui a été retenu pilote. Le jour 3 ils ont demandé qui était intéressé pour pilote de drone. Il était le seul à avoir dit non pour ça et bizarrement a la commission, tout ceux qui ont dis oui pour PAD en choix de secours ont été retenus PAD mais pas pilote sauf lui. Du coup est ce que si l’on dit oui à PAD à ce moment on a plus de chance d’avoir cette option que pilote? Parce que ce peut-être tout de même un bon choix de secours. A priori toi tu as dis oui à PAD mais tu as quand même été retenu pilote.
    Deuxieme question, au SECPIL j’ai vu des photos qui montrent la cabine et le manche ressemble en fait a un petit bâton type console rétro. Un joystick permettrait il tout de même de s’entraîner à cet exercice? Et comment l’as tu tenu? Certains le tiennent à 2 mains, d’autres à une, d’autre avec le bout des doigts. Je ne sais pas quelle serait la meilleure position. Et le point pour faire un 8 à la trajectoire va t il vite ?
    Pour le palonnier, j’ai 30h doubles commandes et 2h30 solo et je vais revoler un peu avant les tests pour me remettre les commandes en mains, tu penses que ça suffit pour ne pas être éliminé au moins sur le palonnier?
    Également, pour le TAMI C, tu dis qu’il y a un test d’arithmétique, mais sur internet je trouve plutôt des tests comme l’épreuve de maths, c’est quoi? Des suites logiques, séries alphanumériques ?
    Pour le test d’anglais, tu as préparé uniquement avec cockpit seeker? Ou tu as vu autre chose?
    Pour terminer, tu ne voudras peut-être pas je ne sais pas mais est il possible d’avoir ton document texte comme tu l’a mis dans un commentaire pour préparer l’épreuve culture G aero? J’ai déjà énormément d’infos mais il y a tellement d’avions dans différentes batailles qu’il peut m’en manquer quelques-unes.
    Mais sinon ce serait vraiment hyper sympa ^^
    Désolé pour ce roman mais j’ai essayé d’être le plus clair possible.
    J’espère que ton retour dans le civil s’est bien passé et c’est vraiment dommage quand on ne réussi pas à cause du médical…
    Je te souhaite une bonne continuation.

    1. Salut Maxime, merci pour ton commentaire ! Pour répondre à tes questions :
      1) Malheureusement, je ne connais personne qui fait partie de la sélection, je ne peux donc rien t’affirmer quant aux décisions de la commission. En revanche, je pense que la situation que tu as décrite avec ton ami est une simple coincidence. Je trouverais ça vraiment étrange de pénaliser les candidats qui, justement, se portent volontaire pour PAD, preuve d’une motivation supplémentaire à rejoindre l’armée de l’air, dans le cas d’un plan B.
      2) De mémoire, le manche du SECPIL était assez grand pour le tenir à deux mains. Hélas, je ne me rappelle plus de ma position avec certitude (ça commence à dater). Instinctivement, je dirais que je l’ai pris en main droite seulement, car c’est ce qui me permet d’être le plus précis. Le point clignote avec une fréquence d’un peu plus d’une fois par seconde je crois. Et je dirais (sans trop m’avancer) environ 30 sec pour décrire un 8 complet.
      3) Vu ton expérience, je ne me fais aucun souci pour le palonnier 😉
      4) Pour l’épreuve de maths du TAMI C, c’est comme l’épreuve de mathématiques, en un peu plus facile je crois (le test s’appelle arithmétique mais en effet ça porte à confusion)
      5) Pour le test d’anglais, je me suis principalement aidé de ce livre, puis de quelques applications mobiles en complément.
      6) J’ai ajouté le document Word à la fin de l’article 😀
      Bonne soirée, et bon courage avec la sélection.
      Olivier

      1. Maxime R

        Merci beaucoup pour tes réponses qui s’éclairent sur cette sélection.
        Pour le SECPIL tu dis que je point clignote un peu plus d’une fois par seconde. Ce n’est pas un point à suivre en continu? Il faut bouger que quand lui bouge?

  16. axel

    Merci Olivier ! et te rappelles tu du palonnier? est-ce que les l’action sur les pédales sont inversées? et qu’est ce qui réellement recherché dans ce test ?

    1. De mémoire, les pédales du palonnier ne sont pas inversées. Quand tu appuies à droite, la petite cabine bascule bien sur la droite.
      Je pense qu’ils veulent simplement tester la coordination de tes jambes, ce qui peut néanmoins être déstabilisant pour quelqu’un qui n’a jamais touché de sa vie à un palonnier.
      Mais l’épreuve en soi n’est pas fondamentalement difficile, rassure toi 😀

  17. Alix

    Bonjour Olivier,
    J’ai trouvé ton article très intéressant et motivant. Pour l’instant j’ai que 16 ans mais j’aimerai vraiment passer l’EOPN. Je voudrai commencer à m’entraîner et réviser mais je ne sais pas trop quoi faire. Comment as-tu fais pour te préparer ? As-tu des conseils stp ?
    Bonne soirée !
    Alix

    1. Bonsoir Alix,
      Merci pour ton commentaire 🙂
      C’est bien de commencer à te renseigner si tôt. Tu as du temps devant toi pour te préparer sérieusement et prendre du recul sur ton entrainement.
      De mon côté, j’ai débuté ma préparation sur le site Cockpit Seeker. J’ai ensuite tenu à jour un document word où je rajoutais au fil du temps plein d’éléments sur la culture générale aéronautique (surtout militaire), notamment les grandes dates de l’histoire, les avions de l’armée, les bases, les escadrilles, dans le but de centraliser toutes mes connaissances. C’est ce que je te conseillerais de faire. Ensuite, tu as également le temps de progresser sur le sport.
      Bon courage,
      Olivier

  18. axel

    Bonjour Olivier,
    super article ! je voudrais savoir, est ce que les questions en maths sont les mêmes que sur cockpit seeker ? et y a t-il de la culture générale ou est- ce uniquement de la culture aéronautique?

    1. Bonsoir Axel, merci pour ton retour !
      Les questions en maths sont pour une grande partie quasiment identiques à celles de Cockpit Seeker. Pour compléter la préparation de cette épreuve, je te conseille d’aller voir l’exercice de mathématiques proposé par Pilotest. Les énoncés sont également très similaires à ceux des EOPN, avec des nombres un peu plus difficiles à manipuler que ceux du jour J, et donc parfait pour l’entrainement.
      Bon courage !
      Olivier

  19. Gauthier

    Bonjour,
    j’ai actuellement 18 ans et les EOPN me tentent bien. Je cherche pas mal d’infos un peu partout alors merci pour ce article très précis !
    Je n’arrive pas bien à me rendre compte si je serai assez prêt, je suis très motivé et prêt à m’entrainer,mais je n’ai pas très envie de griller ma seule chance… Quel est le profil des autres candidats (moyenne d’age, bon niveau (est-ce que la majorité ont vraiment simplement leur bac ?) motivation ?)
    Et est-il conseillé d’avoir déjà une expérience de vol ? (la mienne s’arrête au pilotage de drone ^^)
    Cordialement,
    Gauthier

    1. Bonjour Gauthier, et merci pour ton commentaire ! Je vais en profiter pour compléter l’article en même temps.
      Durant la sélection, j’ai observé qu’une majorité de candidats étaient dans la tranche jeune, je dirais moins de 21-22 ans. Je n’ai pas eu le temps de discuter avec tout le monde, c’est donc difficile de te faire un retour sur leurs parcours et d’évaluer leur motivation.
      Personnellement, deux personnes proches de moi ont passé et réussi la sélection. Ils étaient ingénieurs dans le milieu de l’aéronautique et avaient 24 ans. Néanmoins, il y a des bacheliers de 18 ans qui ont également très bien réussi la sélection.
      Tu l’as vu, le processus est très sélectif. C’est pourquoi avoir une réelle motivation aéronautique (et militaire) est, de mon point de vue, essentiel pour mettre toutes les chances de son côté lors des entretiens. Cela peut être le BIA, du planeur, du drone pour toi, le PPL pour certains, des expériences dans le milieu aéronautique et/ou militaire, ou des participations à des meetings aériens. L’épreuve de culture G évalue d’ailleurs ce double intérêt aéronautique et militaire, et pas mal de candidats l’avaient sous-estimé, c’est dommage.
      Ensuite, je vois l’expérience des entretiens d’embauche comme un atout, car la majorité faisait face à leur premier recrutement, ce qui peut parfois être déstabilisant. Enfin, continuer les études peut être intéressant pour avoir un raisonnement scientifique solide, bien que l’épreuve de maths reste de niveau bac.
      Je ne veux pas t’influencer dans un sens ni dans l’autre. Je pense qu’il faut trancher en fonction de tes expériences, de ta maturité, de tes compétences et du temps disponible pour préparer la sélection. 🙂
      N’hésite pas si tu as d’autres questions,
      Bon courage !
      Olivier

      1. Gauthier Pagès

        Super merci beaucoup pour toutes ces réponses !
        Je vais bien réfléchir et envisager de passer d’abord les EOPAN qui ont l’air très intéressants (et qui proposent 3 chances donc ça me permettrait de m’entraîner aux entretiens et au stress)

        Quelques questions en plus, y a t’il des dates précises pour les tests de sélection ? (pour savoir combien de temps on a pour s’entraîner)
        Y a t’il aussi des sites qui regroupent des idées de révision, des annales… Je ne pense pas avoir de difficultés pour les maths mais mieux vaut s’entraîner.
        Et enfin est-il conseillé de s’entraîner à manipuler manche et palonniers sur un simulateur ? Je n’ai jamais piloté donc je ne sais pas trop à quoi m’attendre, mais je ne veux pas non plus prendre de mauvaises habitudes ^^

        Merci encore !
        Gauthier.

        1. Salut,
          Les EOPAN sont une bonne idée. Ca peut te donner une vision très intéressante de la sélection.
          Les CIRFA Air et Marine sont là pour te donner toutes les informations concernant les prochaines dates de sélection. Généralement, il n’y en a pas plus d’une tous les 2-3 mois.
          Dans l’article je recommande fortement le site Cockpit Seeker si tu souhaites t’entrainer. Il y a de nombreux exercices similaires.
          Oui, je te conseille d’utiliser un palonnier et un manche sur un simu pour ne pas être surpris le jour J. Je vois ça plutôt comme une bonne habitude !
          Bonne journée !
          Olivier

          1. Clément

            Salut !
            Quand tu évoques des connaissances qui ont réussi les sélections à 24 ans, peux tu dire quel ont été leur parcours par la suite (chasse/transport/hélico) ? Effectivement je compte passer les sélections – à cet âge avancé – mais j’ai peur que ça me ferme les portes de la chasse ou même du transport au profit de l’hélicoptère ou même de NOSA. Merci à toi

            1. Salut, ils sont plutôt au début de la formation actuellement donc je ne sais pas encore vers quel parcours ils vont s’orienter.
              Je ne pense pas qu’un âge avancé soit un problème pour la chasse ou le transport 🙂
              Bonne journée,
              Olivier

  20. anais

    Bonjour,

    Merci pour cet article très explicit! Moi j’ai une question cela concerne le seuil d’aisance aquatique. Lorsqu’il nous demande 5m en immersion, s’agit t’il de la profondeur ? (Difficile de trouver un bassin de 5m) Ou A/R profondeur de la piscine 2,5m?
    Cdt
    Anaïs

    1. Bonjour Anaïs,
      Merci pour ton commentaire. Pour la piscine, c’est 5m à parcourir en longueur. En théorie, rester juste en dessous de la surface suffit. Il n’est pas nécessaire de nager jusqu’au fond de la piscine.
      Bonnne fin de journée !
      Olivier

  21. Théo

    Bonjour Olivier !

    Quel bel état d’esprit tu affiches lorsque tu dis : “C’est dommage que cela se termine ainsi, mais je n’y peux rien. Je n’ai pas choisi mes yeux. Tant pis, retournons dans le civil.”

    J’envisage aussi de tenter les sélections EOPN.
    Pour ma part j’ai une scoliose de 15°, à combien était la tienne ?

    Merci de ton temps,
    Théo

    1. Bonsoir Théo !
      Merci pour ton commentaire.
      Le médecin m’avait simplement commenté à l’oral que j’avais une scoliose très mineure (tolérée), mais je n’ai pas eu les détails. Tu t’es renseigné pour savoir si 15° est toléré ?
      Bon courage pour la sélection, n’hésite pas si tu as des questions. 😉
      Olivier

    2. Anna

      Hello Théo !

      Je me permets de répondre à ton message car je me prépare aussi aux sélections EOPN et donc en faisant mes recherches, je suis tombée là dessus : https://www.defense.gouv.fr/air/dossiers/les-tests-de-selection-eopn/quatre-jours-de-tests-intensifs
      Dans le paragraphe visite médicale, il est mentionnée « scoliose ne dépassant pas 15 degrés » donc si tu es à 15 pile ça devrait passer, mais les médecins agréés DGAC (existant dans toutes les grandes villes) sauront te répondre avec plus de précision.

      J’espère que cela a pu t’aider !
      Anna

  22. Maxime

    Superbe article !
    Etant un passionné d’aviation je compte finir ma licence pour essayer le test d’EOPN ( qui ne tente à rien n’a rien )

    Merci pour tout!

    1. Bonjour Maxime ! Merci pour ton retour sur cet article. Je ne peux que t’encourager à te présenter aux EOPN. C’est une expérience très enrichissante pour tous les passionnés d’aviation.
      Bon courage avec ta licence.
      N’hésite pas si tu as des questions sur la sélection.
      Olivier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.