Questions / réponses – Préparation Sélection Pilote Cadet Air France

A l’issue de mon retour d’expérience sur la sélection, des personnes m’ont contacté afin de me demander comment je m’étais préparé aux différentes étapes, avec quels outils, pendant combien de temps, etc.

J’ai donc souhaité répertorier dans cet article les questions/réponses qui, de mon point de vue, ont le plus de chances de vous aider. Cela ne sera probablement pas adapté pour tout le monde, tant les variables de chacun sont différentes.

J’insiste donc : mes conseils ne sont là que pour vous aider à mettre toutes les chances de votre côté pour chacune des étapes. Il y aura des éléments à prendre, et probablement d’autres à laisser.

Bonne lecture, et bonne chance avec la sélection 2020 qui est désormais toute proche !

  • Comment tu t’es lancé dans la sélection ? C’est le PPL en 2017 qui m’a vraiment propulsé pour envisager une formation professionnelle. Les Cadets ont réouvert à ce moment (je venais de terminer mes études). J’ai profité de ce bon timing pour tenter la sélection deux années de suite, après un échec en 2018. L’important est de toujours avoir un plan B. C’est d’ailleurs une question qui est régulièrement posée lors des entretiens.
  • Quel était ton plan B si jamais les cadets n’avaient pas fonctionné ? Le plan B était de tenter les sélections Cadets Lufthansa avec l’EFA (European Flight School) ou de partir aux États Unis faire ma formation.
  • Pendant combien de temps tu as préparé les PSY0 ? Je me suis préparé à partir de mi novembre jusqu’à la veille des PSY0, quasiment sur une base quotidienne. Comme je travaillais en entreprise, je m’entrainais le midi et le soir en rentrant chez moi. Pendant les vacances de Noël, j’ai augmenté la cadence.
  • Avec quels outils tu as préparé les PSY0 ? J’ai travaillé avec l’incontournable Pilotest, mais aussi avec le site Happy Neuron qui le complète très bien, et EPLtest pour diversifer l’entrainement et ne pas trop se conditionner. En ce qui concerne les applications mobiles, j’ai travaillé avec Peak (plusieurs exercices similaires aux PSY0), des applications de calcul mental (très utile), Monde Géographie pour connaitre les capitales et situer les pays (ça ne m’a pas servi à grand-chose…), et des applications pour travailler l’anglais (Mosalingua, Anglais test de grammaire, English idioms and phrases,…) car mon niveau n’était pas exceptionnel (j’ai eu 855 au TOEIC, soit 5 points au dessus du seuil requis). Pour les livres, j’ai travaillé avec Tous les tests psychotechniques, Edition Foucher, et 200 tests, Pocket, pour progresser en anglais. Je recommande aussi d’aller voir ce site qui répertorie les annales du BIA, le site d’Air France et notamment le magazine inflight pour connaitre la dernière flotte en date. J’ai également regardé de nombreuses vidéos YouTube (les chaines de Captain Joe et Mentour Pilot). Enfin, mes fiches PPL m’ont été d’une grande aide pour l’épreuve de culture générale, et j’ai également appris l’histoire de l’aéronautique du XXème siècle (les dates, les pionniers, l’histoire d’Air France, etc)
  • Est-ce que le calcul mental PSY0 de Pilotest est représentatif de l’épreuve le jour J ? Pour moi, les calculs étaient plus compliqués sur Pilotest, mais avec le trac du jour J, la difficulté perçue était finalement la même. Pilotest est donc globalement bien représentatif.
  • Est-ce que tu t’es entraîné à partir d’un autre support que Pilotest pour l’épreuve PSY0 des suites logiques ? Pour série logique je m’étais aussi entrainé avec le livre « Tous les tests psychotechniques, Edition Foucher » dont je parle plus haut.
  • Combien de temps t’es-tu préparé pour les PSY1 ? Cette année, j’ai consacré un mois et demi à la préparation des PSY1 (précisément du 15 janvier au 3 mars) à raison de plusieurs heures par jour (entre 2h et 5h), presque tous les jours. J’ai démissionné de mon emploi en prestation de service début février pour m’y consacrer pleinement. J’en ressentais le besoin car je m’étais mal préparé l’année d’avant (seulement une dizaine de jours à l’avance) et j’avais justement échoué à cette étape.
  • Avec quels outils tu as préparé les PSY1 ? Essentiellement avec Pilotest qui est une référence, mais aussi avec EPLtest pour ne pas trop se conditionner. J’ai complété l’entrainement avec les applications de calcul mental et le livre sur les tests psychotechniques qui donne notamment des astuces pour répondre à certaines questions de l’épreuve de mathématiques. Je me souviens aussi avoir appris un maximum de tables de multiplications (jusqu’à 19 je crois) pour gagner du temps lors de l’épreuve de mathématiques (et ça m’avait bien servi pour quelques questions!)
  • Comment tu t’es organisé pour préparer les PSY0/PSY1 ? J’ai d’abord effectué tous les tests 1 ou 2 fois sur Pilotest pour connaître ceux où j’étais le plus à l’aise (classe 7/8/9 du premier coup) et ceux avec lesquels j’avais vraiment du mal (classe 1/2/3). Ce sont ces derniers que j’ai travaillé en priorité. J’ai vraiment pris du temps pour les analyser, en essayant de trouver la technique qui me correspondait le mieux pour chaque exercice. Puis, au bout de quelques jours, j’enchainais la batterie de tests en entier pour voir ma progression. Avec le recul, j’avais vraiment acquis des automatismes pour la plupart des exercices, ce qui me permettait de ne pas trop saturer en charge mentale et surtout de mettre toutes les chances de mon côté.
  • Quelles étaient tes classes sur Pilotest aux épreuves PSY0/PSY1 ? On m’a fréquemment posé cette question. C’est intéressant de pouvoir se comparer, mais les classes Stanines sur Pilotest évoluent très souvent et les tests sont régulièrement mis à jour, donc je pense que mes résultats d’il y a un an ne reflètent plus du tout ceux d’aujourd’hui. Néanmoins, pour vous donner un ordre d’idée, je faisais globalement des classes 6 sur Pilotest aux PSY0, parfois plus, parfois moins. Cette année, j’avais surtout accentué ma préparation sur les exercices qui m’avaient posé problème l’année précédente (Billes, Airways, 1 mot sur 2). Pour tous les exercices des PSY1, j’étais en moyenne entre des classes 6 et 9 quelques jours avant l’épreuve (sauf pour la lecture de texte où je n’ai jamais dépassé la classe 3, j’en parle ci-dessous).
  • Comment tu t’es préparé à l’épreuve de lecture de texte aux PSY1 ? C’était ma grande difficulté cette année. Je me suis surtout aidé du Tage Mage 2019. Le livre propose des exercices de compréhension de texte. Une quinzaine je crois. Je m’en suis servi pour m’améliorer en rapidité de lecture également. Les QCM du Tage Mage sont assez difficiles, mais il y a les explications des réponses à la fin, contrairement à Pilotest. Donc je trouve que c’était un bon entraînement. Il n’empêche que j’avais décortiqué pendant des jours l’ensemble des textes de Pilotest pour comprendre chacune de leurs réponses, et ça m’avait grandement aidé, d’autant plus que les QCM et les textes à l’ENAC sont objectivement plus abordables.
  • Est-ce que Pilotest est plus dur que les PSY1 ? C’est une question très subjective : le jour J, ce qui était difficile pour ma part, c’était de bien gérer la pression sur l’ensemble de la journée, donc je ne trouvais pas forcément l’ENAC plus “facile”. De plus, l’interface visuelle de l’ENAC est différente. Les ordinateurs sont vétustes, ils tournent moins rapidement, et c’est parfois déstabilisant.
  • Tu t’es entrainé à deux joysticks pour l’épreuve du psychomoteur ? Oui : le X52 de Saitek (que j’avais déjà depuis des années) et un simple d’Ubisoft que j’ai acheté pour les PSY1. A l’ENAC, ils utilisent deux Thrustmaster T16000M, mais l’entrainement avec les joysticks que j’ai cités ne m’a posé aucun problème de prise en main le jour J.
  • Est-ce que tu as suivi une prépa privée pour les PSY0/PSY1 ? Non. Comme c’est beaucoup d’entrainement personnel, je doute qu’une formation payante sur une journée puisse être vraiment utile, si ce n’est pour “découvrir” les tests. Mais autant les découvrir sur Pilotest. Gratuitement.
  • Comment tu t’es préparé pour les PSY2 ? J’ai eu le temps de me préparer pendant 6 mois (entre mars et aout). Pour ma part, j’ai rencontré trois pilotes AF (merci Sylvie, Mathieu et Eric !) avec qui j’ai eu la chance de discuter du métier, de la vie en équipage, des avantages et des inconvénients de la profession, des compétences nécessaires, etc. Mathieu a également un site Internet dont je vous partage le lien : https://mathieusoriano.com/ Grâce à ses compétences, il m’a appris à construire un discours positif et authentique au regard des mes expériences et de mes motivations. De son côté, Sylvie m’a proposé un vol aller retour en jumpseat pour m’immerger dans la vie d’un équipage, une merveilleuse expérience que je raconte ici. Ces trois pilotes m’ont également raconté beaucoup d’anecdotes sur leur expérience chez Air France. Je précise que je n’ai effectué aucun stage de préparation spécifique aux entretiens cette année. Par ailleurs, j’ai écrit sur un fichier Word (une vingtaine de pages) tout mon parcours personnel et professionnel, mes faiblesses, mes atouts, mes motivations, mon pitch, pourquoi AF etc. Enfin, j’ai lu les livres 6min23 séparent l’enfer du paradis de François Suchel et Souvenirs sans gloire, les confessions d’un pilote de ligne de Michel Vanvaerenbergh, qui sont tous les deux excellents pour découvrir le métier à travers des anecdotes.
  • Est-ce que les recruteurs sortent le CV et la lettre de motivation aux PSY2 ? Oui, ils avaient les deux documents sur la table et ont d’ailleurs commencé l’entretien par quelques questions sur mon CV.
  • Est-ce que le PPL t’a aidé à réussir la sélection ? Pour ma part, le PPL m’a apporté des connaissances générales aéronautiques pour l’épreuve de culture G aux PSY0, et m’a permis de montrer ma motivation pour l’aviation et le pilotage lors des entretiens PSY2. En outre, cela a été l’objet de discussions et de questions suites aux anecdotes que j’ai racontées. Je pense que les recruteurs peuvent s’en servir pour déceler certains traits de notre personnalité dans un contexte de pilotage. Le PPL a aussi été l’évènement déclencheur qui m’a poussé à tenter les sélections professionnelles. Néanmoins, je pense qu’un PPL n’est pas du tout obligatoire. Un ami a par exemple réussi les Cadets sans PPL. En revanche, il a du justifier lors des entretiens pourquoi il n’avait pas d’expérience de pilotage.
  • Est-ce que tu as passé ta Classe 1 avant la sélection ?  Oui, cela m’a retiré de l’anxiété pour la suite. Même si la visite coûte environ 400€, je voulais être serein et m’assurer que le médical ne serait pas un problème pour plus tard. Cela peut également être une preuve de motivation pour les PSY2.  
  • Selon toi, quels sont les éléments qui ont contribué à ta réussite ? Mon échec en 2018 m’a permis d’aborder la sélection 2019 avec plus de sérénité (j’avais un référentiel en ayant déjà passé les PSY0 et les PSY1 une fois) et plus de stratégie (moins de révisions inutiles avec un entrainement ciblé sur mes points faibles). Pour les PSY2, les échanges avec les pilotes ont réellement contribué à me donner une vision claire et mature du métier pour l’entretien.
  • As-tu des conseils à donner par rapport au fait de repasser les Cadets après s’être arrêté aux PSY1, concernant la préparation qu’il faut adopter ou éventuellement modifier par rapport à l’an dernier ? J’avais ressenti mon échec aux PSY1 comme un véritable un coup de massue. J’étais très déçu et surtout, je ne savais pas qu’est ce que j’avais raté, car nous n’avons pas accès à nos résultats. Je pense que c’est vraiment cela qui a été le plus dur pour moi. Dans mon article sur la session 2019 (ici), je parle de la remise en question, comment j’ai changé de stratégie. J’ai essayé d’être plus détaché pour ne pas me mettre trop la pression (j’ai par exemple tenté les EOPN en décembre 2018, que je raconte dans cet article). Pour résumer, oui, l’expérience est un atout qui m’a permis d’être plus en confiance cette année. Les échecs ne sont vraiment pas faciles à digérer, mais, avec le recul, c’est une manière d’être plus déterminé que jamais et de prouver encore un peu plus notre motivation lors des entretiens, dont je vous souhaite de tout coeur d’y parvenir.

N’hésitez pas à laisser un commentaire public ci-dessous si vous avez des questions, j’y répondrai avec plaisir.

Excellentes fêtes de fin d’année, et surtout bon courage à tous !

Olivier

2 Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

84 − = 83

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.